La planification d'urgence (PLANU)

Le Plan Général d’Urgence et d’Intervention Provincial (PGUIP) du Brabant wallon

Le plan général d’urgence et d’intervention provincial du Brabant wallon a été établi dès la scission de la Province de Brabant, le 1er janvier 1995. Il est opérationnel depuis le début de l’année 1996 et est aujourd’hui actualisé en application de l’Arrêté Royal du 16 février 2006 relatif aux plans d’urgence et d’intervention.

Jusqu’à ce jour, le plan a été activé à cinq reprises :

  • la catastrophe ferroviaire de Pécrot, le 27 mars 2001 ;
  • les inondations des 27 et 28 août 2002 ;
  • les inondations des 13 & 14 novembre 2010;
  • les inondations du 29 juillet 2014;
  • les intempéries des 23 et 24 juin 2016.  

Il est testé annuellement à l’occasion d’un exercice.

Le plan général d’urgence et d’intervention provincial répond à la plupart des risques et des accidents susceptibles de se produire en Brabant wallon.

Pour certains risques spécifiques, il est complété par des plans particuliers d’urgence et d‘intervention.

Contenu du plan

Le plan général d’urgence et d’intervention provincial du Brabant wallon est conforme à la structure-type établie par la Direction Générale Centre de Crise du SPF Intérieur en collaboration avec les représentants des Gouverneurs.

Le plan général d’urgence et d’intervention a une étendue pluridisciplinaire. Il est complété par les plans mono disciplinaires, propres à chaque discipline.

De même, chaque commune doit disposer d’un plan général d’urgence et d’intervention communal.

Les plans particuliers d’urgence et d’intervention provinciaux (PPUIP)

Les plans particuliers d’urgence et d’intervention complètent le plan général par des directives spécifiques supplémentaires concernant un risque particulier identifié, localisé ou non.

Plans particuliers provinciaux en Brabant wallon

Il existe un plan particulier pour l'entreprise UCB (Braine-l'Alleud, classée Seveso seuil haut) ainsi que pour l'entreprise 5N Plus (Villers-la-Ville, classée Seveso seuil haut). 

Plans en préparation :

  • autoroutier
  • délestages électriques
  • micro-organismes génétiquement modifiés

Prévisions :

L’analyse des risques permet de fixer des priorités et définir la nécessité d’établir des plans particuliers supplémentaires au niveau provincial.

D’autres plans peuvent être établis au niveau communal pour les risques non susceptibles d’atteindre une ampleur propre à activer un plan provincial. Une concertation avec les communes s’impose à cette fin.

Les plans internes d’urgence émanent des entreprises ou des institutions et visent à limiter les conséquences néfastes d’une situation d’urgence par la mise au point de mesures matérielles et organisationnelles adaptées au sein de l’entreprise/l’institution.

Contact pour de plus amples informations sur la planification d’urgence : securite@gouverneurbw.be