La coordination et les phases de déclenchement

La planification d’urgence distingue deux niveaux de coordination :

La coordination opérationelle, sur les lieux de la situation d’urgence, à partir d’un poste de commandement opérationnel (PC-Ops) qui regroupe, autour du Directeur du PC-Ops (Dir-PC-Ops) les Directeurs opérationnels des 5 disciplines :

  • le Dir-Si pour la discipline 1
  • le Dir-Med pour la discipline 2
  • le Dir-Pol pour la discipline 3
  • le Dir-Log pour la discipline 4
  • le représentant du Dir-Info pour la discipline 5 (le Dir-Info se trouve au centre de crise).

Le PC-Ops est en liaison avec le centre de crise, où siège le Comité de coordination (voir ci-après), et postes de commandement mono disciplinaires, qui l’entourent. Ces derniers sont en liaison avec les intervenants sur le terrain.

La coordination stratégique est assurée, au centre de crise, par le ministre, le gouverneur ou le bourgmestre selon la phase du plan d’urgence.

Le bourgmestre, respectivement le gouverneur, est assisté par un comité de coordination qu’il préside.

Le comité provincial de coordination comprend au moins :

  • le fonctionnaire responsable de la planification d’urgence ;
  • le responsable de chaque discipline, désigné par chacune d’entre elles ;
  • le(s) bourgmestre(s) de la (des) commune(s) concernée(s).

La coordination opérationnelle et la coordination stratégique des opérations s’effectuent à trois niveaux, appelés phases :

  • la phase communale, qui concerne l’intervention des services de secours lorsque l’ampleur de la situation d’urgence nécessite une gestion de celle-ci par le bourgmestre ;
  • la phase provinciale, qui concerne l’intervention de différents services de secours
    • lorsque l’ampleur de la situation, d’urgence nécessite une gestion de celle-ci par le gouverneur;
    • lorsque les conséquences directes de la situation d’urgence dépassent le territoire de la commune ;
    • lorsque la situation d’urgence concerne certains risques spécifiques ( SEVESO).
  • la phase fédérale concerne la prise en charge de la gestion d’une situation d’urgence lorsque celle-ci répond aux conditions de l’A.R. du 31 janvier 2003 portant fixation du plan d’urgence pour les événements et situations de crise nécessitant une coordination à l’échelon national.